© La Juvaquatre RHP 01-2016
Accueil

 

La Dauphinoise 1956-1960

Type R2101

Février 2016 les 60 ans de la DAUPHINOISE!

La Dauphinoise Renault est la petite soeur de la Juvaquatre elle en est la dernière évolution.

En 1956 il est décidé au sein de la Régie Nationale Renault, de doter le break et la fourgonnette 300kg du moteur 5cv, 58x80 , 845 cm3 à 3 paliers type 670 Ventoux, celui-la même équipe la toute nouvelle Dauphine. C' est donc grâce à ce nouveau moteur que le petit utilitaire est baptisé Dauphinoise.

La régie Renault présente au service des mines son prototype n°1 le 15 février 1956, l' ingénieur en chef Heliot délivre le procés-verbal de réception le 16 mars 1956 sous le n° AA.128-56 .

Le 27 février 1956 tombe de la chaîne de fabrication de l' usine de Flins, la première Dauphinoise type R2101 C' est un break équipé du moteur 670-2 n° 1 qui sera livré quelques jours plus tard à son propriétaire à la Roche sur Yon.

 

Le moteur comporte quelques modifications par rapport à celui de le Dauphine du en partie à sa position dans la voiture, la pompe à eau se retrouve ainsi installée coté distribution, ce qui implique une culasse spécifique, celle-ci sera reconnaissable au premier coup d' oeil, grâce un J inscrit sur la culasse coté gauche sens route entre la bougie 3 et 4. De même que le bloc moteur, ne recevant pas le même embrayage est lui aussi spécifique à la Dauphinoise d' ou sa désignation 670-2. L'arbre à cames est aussi différent puisqu'il n'entraine plus de poulie.

Coté confort un système de chauffage rudimentaire est monté de série, il s'agit en fait d'un simple piquage d'air chaud sur un carter placé derrière le radiateur puis envoyé au pied du chauffeur par le ventilateur de la pompe a eau pulsant l'air chaud, aucune régulation n'est prévue si ce n'est l'adjonction d'un clapet manuel situé sous le tableau de bord.

 

---

 

En novembre 1958 La société SOFICA proposera un système plus efficace, que les propriétaires désireux de plus de confort,
pourront acquérir auprès des accessoiristes comme la SAPRAR par exemple.


Le montage du chauffage SOFICA extrait de la note Renault Service RS 1324 datée de novembre 1958

 

La Dauphinoise est déclinée en 3 types de carrosseries, une idée fausse laissait entendre que la Dauphinoise n' existait que dans sa version vitrée (break) il n' en est rien puisque il a été produit;

 

la Fourgonnette Service: Reconnaissable au premier coup d' oeil à l' absence de volet d' aération, est un utilitaire sans fioriture et dont l' équipement était réduit au strictement nécessaire. (le siège avant droit était en option)

 

la Fourgonnette Normale.

et le Break 4 places.

 

Dans sa grande majorité la Dauphinoise est assemblée à l' usine Pierre Lefaucheux de Flins, située à l' ouest de Paris, la Dauphinoise a été aussi expédiée en CKD (Complete Knock down) à Haren (Villevord) en Belgique à 1640 exemplaires, mais aussi à Haifa en Israël 620 exemplaires. Toutes les caisses en blanc ont été fabriquées et assemblées par l' usine Chausson de Gennevilliers.

Un lot de 111 fourgonnettes à conduite à droite a été exporté en Indonésie.

La Gendarmerie Nationale prendra aussi livraison de cette Dauphinoise tout comme les P et T , les pompiers etc...

 

Comment reconnaître extérieurement une Dauphinoise par rapport à une autre Juva?

la Calandre est dotée en son milieu d' un gros losange en plastique rouge "RNUR" (Régie Nationale des Usines Renault),

et il n' y a pas de monogramme sur le pare-choc avant ni sur la porte arrière

 

et détail principal, la porte arrière est entièrement métallique et s' ouvre de la droite vers la gauche.

 

en 1957 les phares seront plus petits et cerclés d' une porte de phare peinte ou chromée selon les versions.

 

Photo usine de la Dauphinoise 1960 pour le dossier de presse du salon de l' auto de 1959.

Le sort de la Dauphinoise est scellé depuis février 1959, à raison de 40 voitures par jour la fin annoncée des fabrications interviendra le 4 février 1960, à 34 voitures par jour ce sera le 30 février (qui n'existe pas). En mai 1959 une étude est menée avec des industriels Indiens les Mahindra pour poursuivre la fabrication de la dauphinoise en Inde. Le 12 février 1960, cette éventualité est définitivement abandonnée par la direction de l' usine, de fait la dernière Dauphinoise sort des chaînes de Flins le 1er mars 1960, elle est livrée à un client Parisien.

Cependant ce n' est qu 'au cours de l' année 1960 que le stock de Dauphinoise constitué sur les parkings de Flins sera finalement écoulé. Précisément c'est le 24 novembre 1960 que seront livrées les 4 dernières voitures cette dernière livraison solde la commande passée le 12 octobre par les Domaines de 55 fourgonnettes services (24 de couleur bleue et 31 de couleur jaune) pour le compte des PTT à Paris, une belle opportunité pour la Régie Nationale d' écoulé son stock. Pourtant la remplaçante la R4 fourgonnette type R2102, ne sortira des chaînes qu'à partir d'octobre 1961 mais c'est une autre histoire.

Une bien belle longévité pour cette dernière survivante de la lignée Juvaquatre, longévité maintenue grâce au réseau commercial qui dés la fin des années 40 s'est battu avec la direction de l'usine pour que soit maintenue la chaîne de fabrication des petits utilitaires 300kg.

La Dauphinoise aura été produite à 52004 exemplaires.

30960 Fourgonnettes dont 11 à conduite à droite et 21044 breaks dont seulement 2 à conduite à droite.

De nos jours les Dauphinoises sont les plus nombreuses dans la famille Juva à avoir survécu aux années, si la fabrication représente 20,58 % des Juva produites au 1er janvier 2016 elles représentent 40% des Juva recensées.

Il subsiste;

650 voitures dont 230 sont connues comme en état de rouler, 148 en cours de restauration mais nous ne sommes pas toujours "prévenus" quand une Dauphinoise est de nouveau en service.

Votre Dauphinoise est de nouveau état de marche? ou vous venez d' en acquérir une et vous allez lui redonner vie, alors n' hésitez pas à la faire recenser pour ce faire cliquer ici

© Marc Sliwowski 01-2016

accueil